> 2021 : Les Journandises Hors Normes

Des clés pour découvrir l’art brut Actualités 2021

Comment s’y retrouver dans le monde assez méconnu de l’Art Brut ? Comment mieux comprendre le pourquoi de l’existence de la BHN (Biennale Hors Normes) de Lyon ? Guy Dallevet et Loren se sont attelés à ces questions à l’occasion d’une présentation à Journans le 4 septembre 2020.

L’artiste Jean Dubuffet (1901-1985) avait écrit non sans provocation : « L’art brut, c’est l’art brut et tout le monde a très bien compris  » ou encore « L’art ne vient pas se coucher dans les lits qu’on a faits pour lui ; il se sauve aussitôt qu’on prononce son nom. Ce qu’il aime, c’est l’incognito. Ses meilleurs moments sont quand il oublie comment il s’appelle »

Etrange, décalé, délirant, hors-norme, naïf, singulier, comment néanmoins définir l’art brut ? Dans la panoplie des termes du monde de l’art brut, les appellations sont nombreuses : « art marginal » ou « art hors les normes » font partie de celles qui peuvent fonctionner comme des termes génériques. Pourtant l’expression « art hors les normes » reste indissociable de la collection réunie par Alain Bourbonnais (1925-1988) à la Fabuloserie. Suggéré par Jean Dubuffet à ce dernier parmi d’autres appellations en 1972, l’art hors-les-normes désigne l’art réalisé avec d’autres normes que celles de l’art officiel.

Les oeuvres sont exécutées par des personnes sans culture artistique particulière, dans lesquelles le mimétisme a peu ou pas de part, de sorte que leurs auteurs tirent leurs sujets, le choix des matériaux mis en oeuvre, les rythmes, les différentes expressions de leur propre fond. Il s’agit de la production d’une création artistique pure, brute, réinventée à partir seulement des impulsions de son auteur.

Créée en 2004, l’association « Sauce Singulière » est née d’une utopie, d’un désir : tenir une Biennale Hors Normes qui placerait la dimension humaine au cœur de son activité et de l’événement. L’histoire de la BHN s’écrit à plusieurs avec à la base la volonté de trois artistes plasticiens : Guy Dallevet, Jean-François Rieux et Loren, qui décident d’un événement protéiforme, où il y aurait un véritable échange entre le regardé et le regardeur.
L’association organise la BHN, la Biennale Hors Normes, depuis 2005 dans la métropole lyonnaise. Elle rassemble pendant plusieurs jours des centaines d’artistes dans la région Auvergne Rhône-Alpes. Créatrice de lien, elle partage ses réflexions en s’ouvrant davantage sur l’extérieur à chaque édition, et notamment sur l’international, avec par exemple la création de micro-Biennales Hors Normes en Chine et au Canada.

Tout cela est rendu possible grâce à la volonté des acteurs et des partenaires. qui permettent que la BHN se réinvente à chaque fois.

En 2021, le week-end des Journandises s’inscrit dans le cadre de la 9e édition. Le titre en est « C’est pour cela qu’on aime les libellules ». On vous amène une réponse, mais quelle est la question ? Tout un programme à suivre !